Architectures d’hébergement dans l’arc alpin au XXe siècle : détails constructifs et grands paysages. Enseignements pour une architecture durable face aux changements climatiques.

Par Arthur GRIZARD

Thèse de doctorat débutée en 2021

Sous la direction de Sophie Paviol

Thèse fiancée par

Résumé de thèse

Ce projet de thèse propose d’interroger les qualités et spécificités d’architectures d’hébergement qualifiées de «modernes» dans les géographies contraignantes de l’arc alpin. L’enjeu sera d’en extraire, par l’analyse et le dessin, des connaissances et outils d’élaboration du projet à mettre en œuvre aujourd’hui face aux enjeux environnementaux, tant pour la conception de nouvelles architectures que pour l’intervention sur l’existant. Nous émettrons l’hypothèse que les architectes du XXe siècle, en particulier aux périodes charnières des années 1930 et 1960-70, ont cherché à tirer parti des conditions climatiques de l’arc Alpin, et que leur pensée du projet ne peut pas être dissociée du territoire. La méthodologie proposée met l’accent sur le changement itératif d’échelle (du détail constructif au grand paysage) et sur l’analyse simultanée de l’enveloppe de l’édifice, de sa relation à la topographie, au climat et au risque naturel. Nous nous intéresserons aux programmes et aux recherches typologiques en rapport avec l’hébergement (tourisme de loisir ou de cure, hôtels, refuges, pensions, colonies, internats, etc.), à la fois car ils constituent un enjeu de sauvegarde, mais également car la nécessité de durabilité nous pousse à réinterroger aujourd’hui les façons dont les architectes du XXe siècle ont, pour d’autres besoins, intégré dans leurs processus de projet les données climatiques des sites alpins. Ainsi, nous chercherons ce que l’histoire — aussi bien celle de l’architecture et de sa réception, celle plus matérielle des édifices, et celle des mutations des territoires alpins et de ses représentations — peut apporter aujourd’hui à l’innovation et à l’expérimentation sur une architecture minimale et éco-responsable en territoire de montagne ainsi qu’aux réflexions sur les modes d’habiter, d’héberger et de gérer les services sur ce même territoire.

Comments are closed.