Si présent, si méconnu : le pisé dans le bâti ancien de l’agglomération lyonnaise. Un patrimoine urbain à valoriser et à pérenniser ?

Par Emmanuel MILLE

Thèse de doctorat débutée en 2016

Sous la direction de Thierry Joffroy

Thèse financée par 

Résumé de thèse

Ce projet de thèse a pour objectif de combler une lacune importante dans la connaissance et la valorisation du bâti ancien urbain en terre, et notamment en pisé, de l’agglomération lyonnaise. Le pisé y est présent dans des proportions très importantes (des milliers de constructions en milieu urbain), ce qui est unique en France, et certainement en Europe. Pour autant il reste mal connu. Cette situation est liée d’une part à certaines croyances liées à l’histoire (la construction en terre aurait disparu à Lyon suite aux inondations du XIXe siècle) et d’autre part à la présence systématique d’enduits masquant la maçonnerie de terre. Cette ignorance est une menace pour le bâti ancien en terre. Celui-ci est traité sans prendre en compte ses spécificités, ses forces et ses faiblesses. Cette situation occasionne de nombreuses destructions, des interventions inappropriées, voire des sinistres qui entretiennent une image négative de ce matériau. Ce projet de thèse vise donc à identifier et étudier ce corpus bâti ainsi que celui des acteurs et dynamiques ayant un impact sur celui-ci. L’étude de ces différents corpus permettra d’identifier les valeurs associées à ce bâti et d’interroger sa possible patrimonialisation. Par ailleurs, l’analyse des dynamiques actuelles permettra de proposer les axes d’un éventuel « plan pisé urbain » pour une meilleure sauvegarde, réhabilitation, et valorisation du bâti ancien en pisé de la Métropole de Lyon. Ce « plan pisé urbain » aurait un impact concret pour les habitants de la Métropole, mais aussi pour de nombreuses villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui sont confrontées à des problématiques similaires : Bourgoin-Jallieu, Clermont-Ferrand, Montbrison, Roanne, Thiers, La Tour du Pin, Valence, Voiron, etc. En ce sens, la Métropole Lyonnaise peut devenir un territoire pilote pour l’étude et la valorisation du bâti ancien urbain en terre.

PhD’s abstract

This thesis project aims to fill a significant gap in the knowledge and the valorization of urban, earth building especially in rammed earth in the Lyon area. Rammed earth is present in very large proportions (thousands of structures in the urban center), which is unique in France and certainly in Europe. Nonetheless it remains little known. This is due to certain beliefs related to history (that earth building in Lyon would have disappeared after the floods of the nineteenth century) and the systematic presence of plaster masking the earth masonry. This ignorance is a threat to historic, earth structures. They are treated without consideration of their characteristics, strengths and weaknesses. This situation leads to numerous destructions, inappropriate interventions, and collapses creating a negative perception of earth buildings. This PhD thesis thus aims to identify and study this corps of buildings, as well as the actors and dynamics affecting these building in the Lyon area. Through the study of these different corps it will be possible to identify the values ​​associated to these historic buildings, and to determine their possible incorporation into the heritage of Lyon. Furthermore, the analysis of current dynamics will provide the basis of a possible ‘rammed-earth urban plan’ for a better safeguard, restoration, and valorization of historic, earth buildings in the Lyon Metropolitan area. This ‘rammed-earth urban plan’ could have a concrete impact for the inhabitants of the Lyon area, and also for many cities in the Auvergne-Rhône-Alpes region, which are confronted with similar problems: Bourgoin-Jallieu, Clermont-Ferrand, Montbrison, Roanne, Thiers, La Tour du Pin, Valencia, Voiron, etc. In this sense, Lyon could become a pilot area for the study and valorization of urban, earth building heritage.

Axes de recherche

Patrimoine

Comments are closed.