FACT : Laboratoire pour la Fabrique Contributive des transitions

Période

Date de début du projet : mai 2021

Date de fin du projet : décembre 2024

Axe de recherche

Responsable scientifique

Organisme financeur

LabEx AE&CC
BRAUP, MCC

Montant du financement

130 000 €

Résumé

Cette proposition s’inscrit dans la continuité des travaux engagés dans le cadre du projet « Spatialiser la transition énergétique. Vers des écosystèmes énergétiques territoriaux en milieu rural » (programme IMR, 2013-2015). Seront notamment approfondies et précisées les dimensions spatiales et conceptuelles de la notion de métabolisme territorial (Barles 2014). Il s’agit d’étudier les apports spécifiques de l’architecture dans une approche polyscalaire et pluridisciplinaire des transitions socio-écologiques, intégrant des dimensions matérielles – en particulier le recyclage de bâtiments et le réemploi de matériaux – et immatérielles par les pratiques d’habiter. Ces travaux sont développés en mobilisant les scénarios négaWatt et Afterres 2050.

L’opportunité nous est donnée d’inscrire une démarche de recherche action dans le projet SGMO en transition, recherche contributive que nous déployons à travers la thèse d’Ophélie Menault (« Habiter 2050, le projet architectural et urbain comme outil de recherche contributive au service d’un territoire en transition »), un module doctoral « Nouvelles ruralités : un terreau pour la recherche contributive ? » (2022), un stage mention recherche ST3 et une équipe de PFE pour l’année 2022-2023.

Ce projet a valeur d’expérimentation d’une recherche contributive (territorialisée et ancrée dans le projet), développant une approche inductive mise en œuvre dans le cadre de la thèse proposée. Cette dernière contribuera à produire le cadre théorique permettant d’analyser les expérimentations conduites par la Fabrique des transitions, mettre en évidence le statut de laboratoire des territoires identifiés comme terrains d’enquête et d’expérimentation en matière d’habitat, montrer les conditions et les limites de la transposabilité de l’expérience à d’autres territoires.

La thèse de doctorat viendra à la fois vérifier et alimenter le travail réflexif conduit dans le cadre du volet Ambition commune du programme scientifique AE&CC 2021-2025.

Partenaires

Association SGMOT (Saint-Germain au Mont d’Or en Transition)
LabEx IMU

Terrains de recherche

Le terrain principal est le périmètre du Grand Lyon, avec un focus sur Saint-Germain au Mont-d’Or.

Des terrains secondaires sont en cours d’identification (villes en transitions Europe, Canada / TEPOS, …).

Publications

COSTE, Anne, 2022 (à paraître). « La recherche par le projet comme forme de recherche contributive : Expériences et tentative de théorisation », communication au séminaire Les formes de recherche par le projet, Laboratoire Projekt[s], ENSA Marseille, 11 mars 2021. Publication sous forme de chapitre d’ouvrage in BIELHER A. (dir.), Recherche et projet – (pour) Repenser l’enseignement et les pratiques de conception des espaces de vie. Marseille, Parenthèses.

COSTE A., 2021. « Le projet comme question à l’institution ». Communication (en visioconférence) dans la session #311 Penser la recherche en architecture dans le champ politique de l’enseignement supérieur, par LE COGUIEC, Eric et BODART, Céline : 88e Congrès de l’ACFAS, Sherbrooke, Québec, Canada, 3 mai 2021. En ligne : ACFAS.

COSTE A., FRANÇOIS A., MOQUAY P., BIEHLER A., BELMAAZIZ, M, GASC, A.-V., 2021. « Table ronde / conclusion : Des doctorats par le projet ». In : Les formes de recherche par le projet, 11 mars 2021. En ligne : ENSA Marseille

fr_FRFrench