Projet scientifique

Le projet scientifique de l’unité de recherche pour la période 2021-2025 est détaillé ici

Le programme de recherche d’AE&CC pour la période 2020-2025 s’inscrit dans la continuité du programme précédent (2015-2020) et de ses acquis, tout en introduisant des changements visant à en actualiser les axes et questions de recherche.

De ce processus, quatre grands principes ont été retenus, devant guider cette nouvelle construction :

  • Continuité : les enjeux et évolutions du contexte global confirment l’urgence d’agir pour l’environnement et la pertinence de nos thématiques de recherche. Si certaines questions de recherches doivent être précisées et/ou transformées, nous n’en devons pas moins conserver notre approche éthique et notre identité.
  • Évolution institutionnelle : les impacts et opportunités liés aux évolutions actuelles et futures de la politique du site universitaire grenoblois doivent être pris en compte avec notamment : 1) nouveaux statuts des ENSAs et de leurs Enseignants Chercheurs, et 2) ENSAG intégrée comme composante de l’Établissement Public Expérimental (EPE) « Université Grenoble Alpes » .
  • Évolution structurelle : l’intégration au sein de l’unité de recherche de jeunes chercheurs, de nouveaux enseignants-chercheurs en provenance d’autres laboratoires, de praticiens et de chercheurs associés, ajoute des compétences nouvelles en matière de territoire, d’histoire, de sociologie, d’urbanisme et de paysage.
  • Prise en compte des évaluations précédentes (HCERES et ANR-Labex) : elles nous recommandent de mettre en œuvre une stratégie de publication plus efficace visant à accroître le nombre de nos publications dans des revues scientifiques internationales à comité de lecture. Elles nous invitent également à renforcer nos collaborations nationales et locales.

Par ailleurs, en résonance avec la Stratégie Nationale pour l’Architecture (SNA), nous souhaitons renforcer l’exploration des spécificités scientifiques de la discipline architecturale avec des recherches interdisciplinaires qui appréhendent le projet à la fois comme objet et comme méthode de connaissance, permettant de poser, en les articulant, des questions d’architecture, d’urbanisme, d’histoire, de paysage et/ou de sciences territoriales. En partant du postulat que le projet est un outil / processus de transformation du monde, seront explorées les possibilités de convoquer tour à tour ou conjointement les trois approches suivantes :

  • La production de connaissances, qui s’attache à développer, en interaction avec les savoir-faire et les pratiques des acteurs territoriaux, les savoirs et méthodes nécessaires à la compréhension des processus de transformations culturelles, sociales, environnementales, économiques et spatiales, notamment celles qui s’appuient sur une démarche de projet.
  • La réflexion sur les méthodes d’action pour transformer le réel qui inclut toutes les recherches et expérimentations (par le projet et/ou par l’acte de bâtir) proposant d’interagir avec le monde tel qu’il est pour améliorer son habitabilité et les capacités locales de résilience.
  • La construction d’une pensée du projet à partir de la notion de « cultures constructives » qui s’appuie sur une réflexion de type épistémologique et prend en compte à la fois les méthodes de recherche propres aux sciences humaines et sociales (histoire, géographie, sciences territoriales, sociologie, ethnologie) et les théories de l’architecture et de l’urbanisme.