Terre, Femmes et Savoir-faire – 3ème édition

4 July 2022
Mon 4,  9h00
      Jul 7,  17h00

Cette troisième édition de l’événement Terre, Femmes et Savoir-faire intitulée « La force des liens, inventivité et créativité des femmes dans la construction », affirme la volonté de souligner la force des liens entre femmes, écologie et terre, avec la conviction que ces rapprochements sont stimulants pour penser et agir de façon écoresponsable et ainsi préserver l’habitabilité de la planète. Il s’agit de mettre en valeur l’inventivité et la créativité de ces femmes autour de formations professionnelles sur la mise en œuvre de la matière terre et le besoin de renforcer les liens dans la construction en terre en utilisant des fibres végétales ou animales à travers l’apprentissage et la mise en pratique de diverses techniques de construction en terre
fibrée.

Comme pour les deux autres éditions, l’évènement s’organise autour d’une formation professionnelle « Construire en terre et en fibres », un workshop étudiant et une journée d’échanges et de partage sur l’habitabilité de la Terre et la force des liens nécessaires pour la préserver.

La formation professionnelle – Construire en terre et fibres

Du 4 au 7 juillet 2022 aux Grands Ateliers

D’un point de vue scientifique, technique, pratique et artistique, cette formation aborde différentes utilisations et mises en œuvre contemporaines de la terre fibrée, façonnée, empilée, moulée. Depuis des millénaires ces mélanges de terre fibrée se façonnent à la main pour donner naissance à un grand registre de formes architecturales qui connaissent actuellement un renouveau à travers de nouvelles utilisations aussi bien dans la construction que dans le design de mobilier et d’objets.
Autour de différents ateliers, cette formation sera encadrée par 4 maîtres-artisanes qui assureront une formation spécifique sur leur technique personnelle, en lien avec les cultures constructives traditionnelles, artistiques et innovantes d’Europe. Ces pratiques mèneront les participant.es à une maîtrise du corps, du geste, de la main et du souffle pour la réalisation d’œuvres collectives.

4 formatrices : 
  • Becky Little, artisane (Écosse)
    Maçonne, artiste et formatrice, Becky Little maîtrise un large éventail de techniques en terre et fibres : murs en terre battue (bauge), maçonnerie en terre, torchis, terre allégée, murs en gazon, enduits d’argile et sols en terre et développe de nouvelles techniques qui innovent à partir de la tradition. Elle accorde une grande importance au travail à la main associé à une attention sensible aux matériaux naturels qui vieillissent magnifiquement et sont réparables et recyclables à l’infini.
    Elle a récemment mis en place des ateliers axés sur l’impact social et le bien-être dans le cadre de la réalisation de bâtiments en matériaux naturels. Elle s’implique aussi dans des projets européens, Jump, Cobbauge et Clayfest en tant que chargée de projet et formatrice pour Earth Building UK et Irlande.
  • Alison Hilton, artisane (France)
    Formée à l’École Européenne de la Construction en Terre à Wangelin en Allemagne et à l’Université de Rennes, Alison Hilton travaille la terre crue sur la presqu’île guérandaise où le patrimoine en terre réclame des soins parti- culiers. Elle rénove et crée des structures avec une attention passionnée pour les enduits. Ses activités sont multiples entre réalisation, formation, sensibilisation, conseil technique et développement de la filière terre sur son territoire.
  • Olivia Shneider, artisane (France)
    Par amour du patrimoine et de la nature, Olivia Schneider s’est reconvertie avec passion dans le bâti écologique à travers la conception et la réalisation de chantiers d’écoconstruction, participatifs ou expérimentaux, pour créer des lieux de vie et d’habitat sain avec le souci d’adapter l’habitat à son environnement autant qu’à son habitant.
    Au début des années 2000 elle commence à travailler la terre et la chaux avec d’anciens maçons maîtrisant les savoir-faire de la bauge et du torchis ainsi qu’avec les associations Pierre et Masse et Enerterre sur la rénovation écologique et solidaire de l’habitat dans la Manche. Inspirée par la technique anglaise de la bauge (cob), de la construction en paille de Tom Rijven et les techniques de chaux-chanvre branché d’Yves Kuhn, elle développe une créativité dans la construction. Son chemin l’amène aussi à étudier les techniques de la vannerie et du plessage pour apporter de nouvelles possibilités à la technique du torchis.
  • Emmanuelle Diguerher, maçonne (France)
    Emmanuelle Diguerher est devenue maçonne après la découverte déterminante de la construction en terre lors d’un chantier participatif en Patagonie argentine. À son retour en France, elle suit la formation « Construire en terre » dispensée par l’association Lesa, puis intègre l’équipe de Laurent Pétrone dans l’entreprise Archivolte, spécialisée dans la rénovation de bâti ancien et la construction en pisé. Depuis, elle exerce le métier de maçonne avec passion.

 

📆 Dates : Du 4 au 7 juillet 2022

📍 Lieu : Les Grands Ateliers

Programme détaillé : https://www.lesgrandsateliers.org/wp-content/uploads/2022/05/TFSF22_Programme_Construire-en-terre-et-fibres.pdf

Inscriptions : https://lesgrandsateliers.wiin.io/fr/applications/formation-continue-construire-en-terre-et-fibres?programId=6229b1e24ecb5add25473bf4

 

Journée d’échanges et de partage – Habitabilité de la Terre et force des liens

Le vendredi 8 juillet aux Grands Ateliers
 

La force des liens c’est une approche holistique sur la nécessité de partager les savoirs. Ceux-ci ne sont plus séparés mais interdépendants. Ce sont les liens qui nous, les femmes, les hommes et tout le vivant, nous unissent à la Terre. « Le cœur des savoirs n’est plus la séparabilité, il nous faut développer de nouveaux liens et prendre conscience des interdépendances, des cohabitations » comme le proclame le collectif de Relions-nous ! La constitution des liens (Les liens qui libèrent, 2021).

Le vendredi 8 juillet, gratuit et ouvert au public, est consacré à une journée d’échanges autour d’une conférence, d’une table-ronde et d’entretiens. L’objectif de ce temps de dialogue est de dépasser ensemble les a priori, les résistances, pour oser s’engager et s’épanouir dans les métiers de la construction et réfléchir autrement à nos impacts sur l’habitabilité de la planète.Renforcer les liens entre les femmes, les hommes, le vivant et la Terre est le thème des réflexions qui seront menées pendant cette journée d’échanges et de partage.

 

Programme de la journée : 
  • 9h-10h : Visite commentée
    La visite commentée s’articule autour des productions réalisées durant la semaine dans le cadre de la formation professionnelle et du workshop étudiant. Au cours de la visite, le public aura l’occasion de rencontrer et d’échanger avec les encadrant.es et les participant.es.
  • 10h-12h : Échanges pluriels – Paroles de bâtisseuses –
    Les échanges pluriels Paroles de Bâtisseuses ont pour objectif de faire entendre des voix d’artisanes, des femmes inconnues et trop souvent ignorées, des bâtisseuses qui, ne pouvant être présentes à cette journée d’échanges, nous parleront à travers de courtes vidéos réalisées depuis chez elles, dans différents pays, grâce, entre autres, à la mobilisation de réseaux comme le Fact Sahel+ en Afrique de l’ouest, le Red MesoAmeri-Kaab en Amérique latine et les partenaires d’Acquis.Terre en Europe.Leurs voix, leurs mots, leurs regards, éclairent leurs parcours de femmes discrètes et engagées dans les métiers de la construction en terre ancrés dans des pays, des cultures et des contextes très différents. Leurs témoignages introduisent les échanges qui seront menés autour de l’invisibilité du travail des femmes et la reconnaissance de leur travail, et de leur créativité pour habiter le monde d’aujourd’hui. En écho à ces parcours de femmes trois bâtisseuses, présentes aux Grands Ateliers, prendront ensuite la parole pour ouvrir les échanges et dialoguer avec le public et ces femmes de la Terre.
  • 14h-16h : Conférence de Chris Younès – Prendre soin des conditions d’habitabilité de la Terre –
    L’impérieuse nécessité d’affronter la dévastation planétaire appelle des transversalités holistiques, dynamiques et co-évolutives pour envisager la transformation des milieux vivants.
    Par-delà le dualisme nature-culture, cette écologie existentielle, suscitée par l’évidence des vulnérabilités et des interdépendances, s’impose en termes d’actions. Quels imaginaires, quelles métamorphoses éthiques, esthétiques et politiques en jeu ?Chris Younès – Psychosociologue, docteure et HDR en philosophie, Chris Younès est professeure à l’École Spéciale d’Architecture de Paris. Elle a fondé le laboratoire Gerphau et préside le Réseau scientifique thématique PhilAU (philosophie, architecture, urbain) et sa revue Le Philotope. Elle est aussi membre fondateur d’ARENA (architectural research european network) et membre du conseil scientifique d’Europan. Autrice de très nombreux articles et ouvrages sur la philosophie et la métamorphose des milieux habités, elle a notamment signé l’ouvrage Architectures de l’existence (Hermann 2018).

 

📆 Date : 8 juillet 2022

📍 Lieu : Les Grands Ateliers

Inscriptions à la journée d’échanges et de partage : https://lesgrandsateliers.wiin.io/fr/applications/terre-femmes-savoir-faire-2022
fr_FRFrench